La correspondance maçonnique échangée par J.B. Willermoz et Cl.F. Achard Tome II

9782916280325

Neuf

Tome II : transcription de la correspondance

Les recherches sur l’histoire du Régime Rectifié sont en plein essor. Le travail de Jacques Rondat, consacré à la présentation de la correspondance inédite échangée, de 1786 à 1810, entre Jean-Baptiste Willermoz et Claude-François Achard, en est un bel exemple.

Plus de détails

34,00 €

Ajouter à ma liste

Caractéristiques

Auteur Jacques Rondat
Introduction Préface de Jean Pierre Brach - Postface de Roger Dachez
Nombre de pages 400
Dimension 160x240mm
Année de parution 2017
Collection Fragments maçonniques

Description

J.B. Willermoz, important réformateur maçonnique, ambitieux dévoué et infatigable, nous a laissé bon nombre de témoignages écrits de son action. L’exemple particulier qu’a choisi de mettre en lumière l’auteur, est un exercice de pédagogie maçonnique concrète à propos de la conduite d’une loge, La Triple Union de Marseille, dont Achard était le Vénérable. J.B. Willermoz se montre virtuose, lucide et expérimenté dans ce délicat exercice de « direction spirituelle » à distance.

L’attention et le scrupule portés par le grand maçon lyonnais à la formulation de ses directives ou de ses conseils n’en sont que plus sensibles, tant sur le fond que sur la forme.

Jacques Rondat nous montre à quel point fut essentielle l’activité de J.B. Willermoz, celle d’un serviteur au sens le plus noble du terme. Il restera celui qui, sans jamais renoncer à ses convictions personnelles, se dévoua avec abnégation à l’avancement d’une cause dépassant ses propres intérêts.

Avis

Aucun commentaire n'a été publié pour le moment.

Donnez votre avis

La correspondance maçonnique échangée par J.B. Willermoz et Cl.F. Achard  Tome II

La correspondance maçonnique échangée par J.B. Willermoz et Cl.F. Achard Tome II

Tome II : transcription de la correspondance

Les recherches sur l’histoire du Régime Rectifié sont en plein essor. Le travail de Jacques Rondat, consacré à la présentation de la correspondance inédite échangée, de 1786 à 1810, entre Jean-Baptiste Willermoz et Claude-François Achard, en est un bel exemple.

Donnez votre avis